[Ce contenu n'est pas disponible dans votre pays]

[Ce contenu n'est pas disponible dans votre pays]

[Ce contenu n’est pas disponible dans votre pays]

« Les frontières, on s’en fout » ; l’Union européenne n’a que partiellement fait sien ce fameux slogan de mai 68. Si les frontières physiques entre les États-membres ont bien disparu (au moins pour ceux avec un passeport européen), il n’en est pas de même pour les contenus numériques. En effet, quiconque ayant souscrit à des services de contenu en ligne tels que Netflix, HBO, Sky Sport, Spotify ou encore Deezer aura déjà fait l’expérience frustrante, en tentant d’accéder à ces services depuis un autre pays européen, de voir s’afficher la phrase suivante : « ce contenu n’est pas disponible dans votre zone géographique ». En cause, ce qu’on appelle le « geoblocking » ou géoblocage en français.

Aujourd’hui, le Parlement européen s’est prononcé en faveur de nouvelles règles permettant aux Européens abonnés à des services payants de contenu en ligne de pouvoir y accéder lors de leurs voyages au sein de l’UE, en contraignant les services en question à activer l’accès transfrontalier à leurs contenus sans frais supplémentaires. Il s’agit d’un pas dans la bonne direction, d’autant que nous avons obtenu lors des négociations que ces avancées ne se fassent pas au détriment de la protection de la vie privée des utilisateurs.

Mais pour autant, nous sommes encore loin du compte : de nombreuses autres mesures sont requises pour mettre fin à la discrimination causée par le géoblocage. S'il reste facile de trouver des contenus en anglais, en français ou en allemand par exemple, qu'en est-il des langues plus minoritaires? Les difficultés d'accès lié au géobloquage touchent en priorité les locuteurs de langues minoritaires, les étudiants en séjour d’échange, les travailleurs expatriés, les apprenants de langues étrangères et de nombreux autres groupes d’utilisateurs.

Il est aujourd'hui plus que temps de mettre fin à cette pratique anachronique et d’abattre les frontières digitales pour concrétiser le marché unique numérique et un réel espace public européen. Vous pouvez lire à ce sujet la lettre ouverte (en anglais) demandant la fin du géoblocage, signée par de nombreuses ONG et mes collègues Julia Reda et Josep-Maria Terricabras.

Close