Discours à Charles Michel

Discours à Charles Michel

Discours à Charles Michel

Bruxelles, le 3 mai 2018

Quinze jours après Emmanuel Macron, c’était aujourd’hui au tour du premier ministre belge Charles Michel d’être reçu au Parlement Européen pour parler de l’avenir de l’Europe.

Son intervention initiale fut pour le moins surprenante... Il a affirmé par exemple l’engagement de son gouvernement en faveur d’une plus grande convergence fiscale, de la transition énergétique, de normes sociales et environnementales dans les traités de libre échange ou encore pour un budget de la zone euro. La Belgique a beau être la patrie du surréalisme, j’avais du mal à en croire mes oreilles, tant les positions prises par le gouvernement actuel de mon pays semblent en contradiction totale avec ce discours. Les choses sont rentrées dans l’ordre avec l’intervention de Sander Loones, au nom du groupe conservateur eurosceptique ECR. Sander Loones est le chef de file de la NVA, parti national-populiste flamand, au Parlement Européen. Sur le ton du professeur corrigeant l’élève (Michel), celui-ci a fait entendre un tout autre discours, plus conforme lui à la politique du gouvernement belge ; il a ainsi confirmé que c’est bien son parti, la NVA, qui fixe le cap.
Un cap que j’ai voulu contraster dans mon discours avec la Belgique que voudraient incarner les écologistes belges. Voyez ci-dessous la vidéo de cette interpellation.

 

PS : Certain-e-s de mes lectrices/lecteurs français-e-s s’étaient indignés voici deux semaines qu’un belge se permette de critiquer la politique menée par le Président E. Macron, m’invitant plus ou moins courtoisement à tourner mon regard vers les errements de mon propre pays. A m’entendre aujourd’hui, ils pourront se rassurer : je ne suis pas plus indulgent avec mon gouvernement que je ne l’ai été avec E. Macron. Je dirais même que, quoiqu’on puisse penser du président français, il a choisi de se confronter au national-populisme ; son émule belge a au contraire choisi de placer son sort et celui de notre pays dans les mains de ce dernier.

Close