La rentrée strasbourgeoise sous le signe du danger

Retour à Strasbourg après un été que je qualifierais de « tous les dangers ».
En effet, les dernières semaines ont vu la crise s’aggraver de manière significative. L’Europe en général, et sa zone euro en particulier ne sont pas sorties d’affaire…

Compte-rendu de la session du Parlement européen, 07/2011 from Ecolo.be on Vimeo.

La crise actuelle demeure une combinaison entre crise des finances publiques d’une part, et crise du système bancaire européen d’autre part. Tant d’un côté comme de l’autre, un assainissement est nécessaire et des actions résolues doivent être prises d’urgence. Dans ce contexte de crise généralisée, ce qui est frappant, c’est que tous les leviers politiques résident entre les mains d’une seule et unique famille politique, en l’occurrence le PPE (en Belgique le CD&V et le CDH).

Au-delà des clivages politiques, un certain consensus commence à se dégager sur la nécessité absolue de répondre de manière coordonnée aux crises actuelles. Cela signifie que nous avons non seulement besoin d’une fédération monétaire, fiscale et budgétaire, mais surtout d’une fédération politique. Ce qui est encourageant, c’est qu’au-delà des familles politiques traditionnellement euro-optimistes, d’autres commencent à aborder ouvertement la question d’une intégration européenne renforcée.

Une fédération européenne ne se résume néanmoins pas à l’octroi de compétences étendues à la Commission européenne, sans contrôle démocratique. La situation de la Grèce par exemple, qui se voit imposée des décisions sans recours possible par la « Troïka », nous révèle à quel point la question de l’intégration européenne et la question démocratique sont étroitement liées….Nous, responsables politiques, ne pouvons donc pas promouvoir une intégration renforcée au sein de l’Union européenne, sans par ailleurs apporter de réponse politique au déficit démocratique auquel nous sommes confrontés. Et c’est là que le rôle du Parlement européen, en tant que garant de la démocratie de l’Union, prend toute son importance.

La construction d’une Europe fédérale, mais démocratiquement responsable, est le seul moyen pour les citoyens de regagner une part de leur souveraineté, qui, selon les populistes, leur aurait été volée.

Bureau De Philippe Lamberts

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>