Nouveau Président de la BCE: symbole de la pensée unique

Nouveau Président de la BCE: symbole de la pensée unique

En réunion de commission parlementaire ECON hier (mardi 14 juin), j'ai tenté de mettre en lumière que la Banque Centrale Européenne (BCE), malgré ce qu'en dit son ´futur Président, Mario Draghi, déborde souvent de son mandat technique. Sa soi-disant indépendance se voit en effet remise en cause par certains de ses choix politiques, censés rester aux mains des parlementaires. Son futur Président, le plus "orthodoxe des catholiques", tel que je l'ai décrit, incarne de manière évidente la pensée unique que nous, les Verts, tentons de dépasser.
Mr. Draghi, vous êtes sans doute le catholique le plus orthodoxe que j'ai jamais rencontré.

Vous prétendez vouloir préserver à tout prix l'indépendance de la BCE. Moi aussi. Une autre indépendance qui me tient particulièrement à coeur est celle des parlementaires qui sont redevables devant leurs citoyens, ce qui n'est pas votre cas.

La BCE dépasse quotidiennement son mandat. (...). En transférant le poids ou les risqués liés à la dette grecque vers la sphère publique, vous faites en réalité un choix politique, qui dépasse donc de loin votre mission d'ordre technique. De même, lorsque Mr. Trichet, dont vous allez vraisemblablement suivre la ligne de conduite, préconise des coupes dans les dépenses publiques, c'est à nouveau un choix de nature politique. De manière plus générale, on constate que dans un nombre croissant de domaines politiques, la BCE prend position. A titre d'exemple, on peut dire aujourd'hui qu'elle fait partie de la troïka qui émet des recommandations à l'attention de la Grèce ou du Portugal. Dans ce contexte, je pense que vous devriez revenir au mandat initial de la BCE, à savoir la maîtrise/contrôle de l'inflation. Ma question est donc la suivante: comment comptez-vous procéder pour que la BCE reste dans son pré carré?


Nomination du nouveau président de la Banque... par Plamberts

Articles similaires

Close