Sommet UE-Turquie: une véritable faillite morale

Strasbourg, le 9 mars 2016

Dans la crise de l’accueil des réfugiés, les Conseils européens se suivent et se ressemblent: réunion après réunion, les chefs d’État ou de Gouvernement s’enfoncent dans l’indifférence et l’égoïsme, allant de décisions de relocalisation non concrétisées en engagements de financement non tenus.

Le sommet de ce début de semaine a pourtant atteint de nouvelles profondeurs: les dirigeants européens ont démontré, toute honte bue, qu’ils étaient prêts à manger dans la main d’un quasi-dictateur si celui-ci les déchargeait de leurs obligations internationales. Plutôt que d’investir collectivement et massivement en Europe pour un accueil digne, ils préfèrent marchander avec la Turquie, un pays totalitaire qui bombarde sa propre population, emprisonne ses journalistes et maltraite les réfugiés sur son sol.

Le projet d’accord méprise le principe de non-refoulement et le droit à l’examen individuel de chaque demande d’asile. Il brade l’accession à l’Union européenne en utilisant les réfugiés comme monnaie d’échange. Tout cela pour éviter d’accueillir des réfugiés représentant environ 0,25% de notre population, alors qu’un pays fragile comme le Liban en accueille proportionnellement 100 fois plus !

Il s’agit d’une véritable faillite morale que j’ai dénoncée ce matin au cours du débat; retrouvez ci-dessous mon intervention, ou lisez-en le texte ici:

160309 Lamberts discours plénière


Philippe Lamberts sur l’Europe, la Turquie et… par EurodeputesEE

Lisez également nos autres réactions relatives à ce sommet ici.

Image à la une: pixabay.com

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Les commentaires sont fermés.