Stratégie UE 2020 vs. Gouvernance économique européenne?

Stratégie UE 2020 vs. Gouvernance économique européenne?

Que retenir de la session strasbourgeoise de février?

Je retiendrais un point important, à savoir le débat en plénière au sujet de la Stratégie UE 2020. Pour rappel, cette stratégie succède à la stratégie Lisbonne et vise à faire converger les performances socio-économiques des Etats membres autour des objectifs suivants: augmentation du taux d'emploi, augmentation des investissements dans les domaines de la recherche et du développement, de l'éducation mais aussi dans la lutte contre le changement climatique et, fait nouveau, dans la réduction des inégalités.

Compte-rendu de la session du Parlement europ

Vieille d'à peine un an, cette Stratégie semble pourtant avoir été oubliée du débat public, tant les références à son égard sont rares. Pourquoi? Tout simplement en raison de la nature non-contraignante de ses objectifs, qui, même si ambitieux, restent largement ignorés par les gouvernements chargés de les mettre en oeuvre.

A l'inverse, s'il y a un dossier qui ne manque pas de visibilité c'est celui de la gouvernance économique européenne, dont les principales raisons d'être sont la nécessaire stabilisation de l'euro et le besoin de convergence entre les politiques économiques des Etats membres. Plus précisément, la Commission s'est fixée trois objectifs principaux dans ce contexte: une réduction des déficits via des coupes dans les dépenses publiques (austérité budgétaire), une augmentation de la flexibilité des marchés du travail (autrement dit une augmentation de la précarisation des travailleurs) et la mise en place d'une véritable régulation du secteur bancaire. Ces objectifs, contraignants eux, vont clairement à l'encontre des objectifs de la stratégie UE 2020. On voit mal en effet comment austérité budgétaire pourrait se conjuguer avec création d'emploi et augmentation des investissements dans les domaines cités ci-dessus.

Au sein du Parlement européen, ce sont ces questions qui font apparaître au grand jour la fracture qui existe entre les forces politiques qui soutiennent la pensée unique, c'est-à-dire celle qui croie en l'austérité budgétaire comme solution de sortie de crise, et celles qui souhaitent dénoncer les limites d'un modèle économique obsolète.

Philippe Lamberts

Articles similaires

Close