UE 2020 : Le temps n’est plus aux études et aux excuses, le temps est à l’action pour une économie soutenable

COMMUNIQUÉ DE PRESSE – Strasbourg, le 16 juin 2010

Le Parlement vient d’adopter une résolution sur la stratégie de l’UE en matière de croissance économique et d’emploi pour les dix années à venir à la veille du Conseil européen de juin. Dans une autre résolution, les députés se sont également prononcés sur la gouvernance économique de l’Union.

Intervenant en séance plénière au nom du Groupe des Verts/ALE, Philippe LAMBERTS, membre de la commission économique et monétaire a estimé que:

« S’agissant de l’assainissement des finances publiques, de nouvelles recettes sont nécessaires. Concernant la taxe sur les transactions financières et la mise en place d’une contribution financière obligatoire des banques, les deux sont indispensables car elles poursuivent des objectifs différents et complémentaires. La première est nécessaire afin d’alimenter le trésor public et de financer nos obligations en terme d’aide au développement. La seconde permettra également de constituer des fonds nécessaires à la gestion des crises futures et plus particulièrement au démantèlement ordonné des institutions défaillantes.

Pour ce qui concerne la taxation sur les entreprises, nous avons besoin d’un agenda serré sur la mise en place de la définition d ‘une assiette fiscale consolidée au niveau européen pour pouvoir ensuite mettre en place une convergence des taux d’imposition des sociétés.

Enfin, la fraude et l’évasion fiscale nous coûtent entre 200 et 300 milliards par an. Récupérer au moins la moitié de ce montant est une obligation urgente. Le temps n’est plus aux études et aux excuses. Le temps est à l’action pour une économie soutenable.

Concernant la régulation des marchés financiers, le Conseil devra expliquer au public comment ses propositions, qui défendent en fait la défense étroite des intérêts nationaux, correspondent à la défense des intérêts communs. C’est bien sûr indémontrable.

Enfin, en ce qui concerne la stratégie 2020, Monsieur Barroso a au moins prononcé 47 fois le mot croissance dans son discours. S’interroge-t-il sur le lien présenté comme allant de soi entre croissance et création d’emplois? Entre croissance et augmentation de la cohésion sociale et réduction de la pauvreté? Entre croissance et utilisation rationnelle des ressources de la planète?

Depuis 20 ans, s’il y a un lien, il est négatif. La Commission européenne fait une erreur en mettant au centre de sa stratégie la croissance. Pour nous, les objectifs à poursuivre sont de transformer nos infrastructures pour les rendre compatibles avec les limites de notre planète et renforcer la cohésion sociale comme objectif en tant que tel. Sortir les 80 millions d’européens de la pauvreté est une opportunité qui créera de l’emploi ».

Bureau de Philippe Lamberts

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>