Bienvenue en 2014, M. Coene!

Bienvenue en 2014, M. Coene!

Bienvenue en 2014, M. Coene!

Tribune parue dans l'Echo du 7 novembre 2014

Luc Coene vit-il dans le même monde que nous ? On peut sérieusement en douter en relisant les déclarations tenues samedi passé par le gouverneur de la Banque nationale de Belgique. Selon ce dernier, il y aurait trop de banques en Belgique, ce qui justifierait à ses yeux de nouvelles fusions parmi les plus grosses banques. Entendez : Belfius devrait fusionner avec une autre banque belge ou être reprise par une banque étrangère.

La nature anachronique de ces propos est telle qu'on ne peut s'empêcher de repenser au film " Good Bye, Lenin!" (2003) du réalisateur allemand Wolfgang Becker. Souvenez-vous : il s'agissait de l'histoire d'Alex, ce jeune Berlinois de l'Est qui, apprenant la chute du mur alors que sa mère se réveille d'un coma, met tout en œuvre pour éviter à celle-ci une rechute causée par un deuxième choc. Il entreprend dès lors de cacher à sa mère les bouleversements politiques et économiques qui ont eu lieu pendant son coma, en s'efforçant de faire revivre la RDA.

Good Bye, Fortis!

En lisant les propos de Mr Coene en faveur d'une plus forte concentration du secteur bancaire en Belgique, on peut franchement se demander si son propre entourage ne s'évertue pas également à lui cacher depuis plus de six ans une autre vérité qui dérange, à savoir : l'effondrement du système bancaire belge en 2008. Anticipant le choc émotionnel qu'un tel bouleversement aurait pu lui causer, les proches de Mr Coene ont peut-être pris la (sage) décision de tout mettre en œuvre pour que celui-ci continue à croire en la rémanence des grandes institutions financières belges ?

Vous retrouverez ici la version complète de l'article: Carte Blanche LECHO 7nov2014_bienvenue en 2014 M. Coene

 Coene

Articles similaires

Close