Elections néerlandaises : succès des écologistes et défaite des populistes

Elections néerlandaises : succès des écologistes et défaite des populistes

Elections néerlandaises : succès des écologistes et défaite des populistes

Quelques mois après la victoire de l'écologiste Alexander Van der Bellen à la présidentielle autrichienne, les Verts néérlandais de GroenLinks, menés par Jesse Klaver, remportent la palme du plus fort progrès (10 sièges, de 4 à 14) aux législatives néerlandaises. Dans le même temps, les national-populistes de Geert Wilders (PVV), qui ambitionnaient de devenir le premier parti, échouent durement, terminant à 19 sièges, loin derrière les 33 des libéraux (VVD).

GroenLinks a fait le pari - gagné - que face au langage de la peur et du repli, il existe au Pays-Bas une aspiration pour une société plus juste et inclusive, plus ouverte, plus durable. Ce message d'espoir, résolument pro-européen et tout sauf tiède, a été entendu par près de 10% de la population du pays.

Reste à présent à former un gouvernement. Le premier-ministre libéral sortant Mark Rutte va devoir former une coalition. Son ex-partenaire socialiste sort laminé des élections (9 sièges au lieu de 39). Il va devoir s'associer à d'autres : chrétiens démocrates (CDA) et libéraux de gauche (enfin plus ou moins, D66). Il lui faudra un quatrième partenaire; ce pourrait être les écologistes mais sauront-ils infléchir la ligne ultra-libérale de Rutte? Réponse dans les semaines à venir.

Close