Une nouvelle étude confirme le danger de poursuivre l'exploitation de Doel 3 et Tihange 2

Une nouvelle étude confirme le danger de poursuivre l'exploitation de Doel 3 et Tihange 2

Une nouvelle étude confirme le danger de poursuivre l’exploitation de Doel 3 et Tihange 2

Bruxelles, Jeudi 14 janvier 2016

Le groupe des Verts / ALE au Parlement européen a présenté aujourd'hui la troisième étude du Dr Ilse Tweer sur les réacteurs nucléaires belges de Doel 3 et Tihange 2. La scientifique fournit de nouvelles informations sur les fissures des cuves sous pression du réacteur (1) et qualifie d'irresponsable leur exploitation.

Pour la co-présidente du groupe Verts-ALE Rebecca HARMS :

" L'exploitation des réacteurs Doel 3 et Tihange 2 serait totalement imprudente. L'étude démontre que l'origine et les causes des fissures apparues au niveau des cuves demeurent indéterminées.

Rien ne permet d'étayer l'explication d'Electrabel selon laquelle il s'agirait de défauts de fabrication mineurs et sans conséquence.

L'étude du Dr Tweer remet, notamment, en cause la qualité des matériaux utilisés. Elle révèle également un manque de rigueur de l'autorité nucléaire belge concernant les résultats des tests et l'évaluation des risques.

La conclusion du docteur Tweer est très claire: l'exploitation de ces réacteurs situés dans des zones à haute densité de population constitue une menace."

(1)    La découverte en 2012 de milliers de fissures au niveau des cuves des réacteurs nucléaires belges de Doel 3 et Tihange 2 a conduit à une succession de mises à l'arrêt et de remises en marche de ces réacteurs.

Vous trouverez ici la version anglaise de l'étude:

www.greens-efa.eu/fileadmin/dam/Documents/Studies/Report_Flawed_Reactor_Pressure_Vessels_Doel-3_and_Tihange-2.pdf

Et le résumé en français:

www.greens-efa.eu/fileadmin/dam/Documents/Studies/Resume_rapport_reacteurs_Doel-3_Tihange-2.pdf

Les réactions en Belgique:

Les risques d'un accident nucléaire en Belgique à cause de nos centrales vieillissantes fait la une de nombreux journaux en Europe. La situation est particulièrement suivie par nos pays voisins, l'Allemagne, les Pays-Bas, le Luxembourg qui s'inquiètent de la situation.

Voici ce que mon collègue Jean-Marc Nollet propose comme plan d'action en cas d'accident.

En cas d’accident, de l’iode-131 est libéré et il faut pouvoir ingérer le comprimé d’iode avant le passage du nuage radioactif. Pris 5 heures après l’accident, l’efficacité des pilules diminue de moitié. Raison pour laquelle les écologistes exigent que chaque belge puisse en disposer chez lui, à tout moment. C’est la seule option cohérente avec l’élargissement nécessaire des zones de confinement et de mise à l’abri

Outre la distribution gratuite de pilules d’iode et l’engagement du budget nécessaire pour ce faire, à charge intégrale des opérateurs, nous demandons également au ministre Jambon d’organiser rapidement un exercice d’évacuation « grandeur nature ».

Pour Jean-Marc Nollet, « les citoyens, les écoles, les crèches, les hôpitaux, les entreprises doivent savoir comment réagir en cas d’accident et être régulièrement exercés à le faire car les premières heures sont cruciales pour réduire au maximum les conséquences humaines d’une telle catastrophe ».

La Belgique est un pays densément peuplé. C’est aussi un des seuls pays au monde où les centrales nucléaires sont situées à proximité de grandes villes. Dans un rayon de 30km autour de Tihange et Doel vivent respectivement 850.000 et 1,5 millions de personnes.

Qui plus est, nos centrales sont vieillissantes, les incidents s’y multiplient et certaines d’entre elles sont fissurées. Comme le signale le conseil scientifique, « une préparation minutieuse est nécessaire ». Et le député Ecolo de préciser « Nous nous posons d’ailleurs des questions sur la disponibilité suffisante de matériel à la protection civile et à l’armée pour réaliser une évacuation. Seul un exercice ’grandeur nature’ permettra d’évaluer correctement les investissements nécessaires. » L’absence de guide pour le relogement temporaire et de définition des responsabilités dans le suivi post-accidentel - deux autres constats du rapport scientifique - conduisent à la même conclusion : il faut organiser d’urgence un exercice d’évacuation grandeur nature, y compris en dehors des zones de planification d’urgence (recommandation n°11.e), et en tirer toutes les conclusions.

Vous trouverez ici la version anglaise de l'étude:

www.greens-efa.eu/fileadmin/dam/Documents/Studies/Report_Flawed_Reactor_Pressure_Vessels_Doel-3_and_Tihange-2.pdf

Et le résumé en français:

www.greens-efa.eu/fileadmin/dam/Documents/Studies/Resume_rapport_reacteurs_Doel-3_Tihange-2.pdf

Image à la Une: Photo (c) Reporters/Photoshot

Articles similaires

Close